Vers Rome : Lyon – Montluel-Pérouges

 

 Marcher sur la voie Lugdunum,  y recharger ses batteries, prendre le temps de prier et de méditer,  quasi chaque semaine, est devenu une véritable hygiène de vie. Je prends un bus à Gorge de Loup qui me conduit à Thurins et de là, nombreuses sont les ballades jacquaires pour quelques heures ou quelques jours! Je connais presque  chaque petits centimètres de cette portion, celle de Lyon à Saint Galmier  voire jusqu’au Puy en Velay. Je marche les yeux fermés, le balisage est tellement précis, aucun risque de se perdre !Et quel plaisir ! Cette fois-ci, je découvre, pour ce pèlerinage, une nouvelle portion de la voie Lugdunum : Lyon – Genève.

L’étape pourrait débuter  à l’église Saint Nizier. Cependant , partant pour Rome , j’ai souhaité obtenir la bénédiction de mon pèlerinage  par le diocèse pour être en confiance et pour revêtir l’esprit  pèlerin…mais aussi parce que j’ai la trouille  et que je veux être certaine que Saint Jacques et Saint Pierre  adouciront mon voyage. Sachez que le diocèse de Lyon bénit les pèlerins  à la messe de 9h  à la cathédrale Saint Jean Baptiste.N’hésitez pas à téléphoner pour informer le prêtre de votre souhait …

Et puis direction les quais du Rhône… vous ne trouverez pas de coquilles (jacquaire) sur les bords du Rhône , pas avant la cité internationale. Ce fut un plaisir de marcher au petit matin le long des berges. Pour une lyonnaise, ce fut une première.

 

Traversez la passerelle de la Paix, juste après la citée internationale. Admirer une innovation technologique lyonnaise, une centrale électrique sur barge à hauteur de Caluire. Découvrez une roseraie à hauteur de Crépieux la Pape .

Puis, doucement nous arrivons déjà à Miribel sous le regard de la Vierge, la plus haute de France, 32 m!

 

Mais quelle jolie promenade! On oublie la voie de chemin de fer et on découvre le Rhône. J’ai beaucoup aimé. Cependant, attention de ne pas se perdre. En effet, trouver la coquille qui nous guide relèvera de la grâce du ciel….le balisage étant fait pour ceux qui viennent de Genève, il faudra prendre son temps. Habituée à me perdre, autant vous dire que je me suis belle et bien perdue. !J ’ai sorti le GPS pour l’occasion….Découverte de Saint Maurice de Beynostet de sa petite église du 13 ème et petit bonheur sur la pelouse , avec eau fraiche au lavoir. Parfait!

J’ai retrouvé un balisage vers le viaduc du Sermenaz. A partir de là, le chemin devient charmant et bucolique. Malheureusement, erreur de chemin, Je ne verrai pas la chapelle Saint Barthélémy et la croix pèlerin ! Puis direction Pérouges à travers de petites forêts, d’étangs qui nous rappellent que les Dombes sont à côtés…c’est déroulant et cela va vite si on trouve les coquilles…

Retour à la maison. Il s’agissait d’une étape test … avant le grand départ.

  1. Louis l'humain

    Bisous maman je t’aime. Bon chemin. deus volt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.